Musique
   Musique Marocaine > Liban > Asmahan
Asmahan  

Asmahan - أسمهان


Pays   : Liban


Une vie plein de rebondissements, des chansons à en couler des larmes, une volupté intense et unique à en couper le souffle, une finesse des plus inégalables. Tout cela et bien d’autres caractérisent l’énigmatique Asmahan. Elle fut l’idole de plusieurs fanatiques invétérés, mais elle reste surtout une référence de son temps dans le monde de la musique arabe classique avec sa touche orientale délicate et bien particulière.

Il y a quelques années, tout une série lui fut dédiée pour rendre hommage à un personnage qui existe toujours dans les esprits de petits et grands, et pour le rapprocher encore du public. Comme il est stipulé, Asmahan, de son vrai nom Amal Al Atrach, est née un 25 Novembre 1918 sous le signe maudit de la royauté dans un bateau grec en fuite vers le Liban emportant ainsi sa famille constituée de son père syrien Fahd, sa mère libanaise Alia et ses deux frères Fouad et Farid. Les affaires politiques incessantes de son père contre l’occupation française la poussèrent à immigrer vers l’Egypte pour s’y installer en compagnie de sa mère et ses frères dès son plus jeune âge. Sa mère, musicienne, ne manqua point d’enseigner à ses enfants la magnificence de la musique.

Il est vrai que l’honneur fut en premier attribué à son frère Farid Al Atrach pour se faire connaitre par le public égyptien et arabe en général, mais c’est en recevant chez lui, le compositeur et producteur, Daoud Hosni, la voix d’Asmahan fut d’une beauté incomparable. Ainsi on l’encouragea à se lancer aussi dans la musique.

Asmahan eut le plaisir de travailler avec de grands noms de la composition comme d’ailleurs le maître Mohammed Abdelwahab ou encore Mohammed Al Qasabji. D’ailleurs son registre compte plusieurs chansons et films en duo chanté, comme en ce qui concerne la célébrissime comédie musicale du temps « Intissar chabab » et « Gharam wa nti9am ».

Plusieurs de ses interprétations restent éternellement magnifiques comme le cas de « Layali lOuns fi Vienna », « Ilwardi »…Etc. La mélancolie de sa voix lui fut un atout énorme dans l’essor de sa carrière même si elle n’était que brève.

Sa vie personnelle fut bien mouvementée, elle se maria à plusieurs reprises, divorça aussi. Mais l’évènement qui le troubla bien des années c’était une prédiction d’un diseur de bonne aventure qui lui annonça que comme elle était née dans l’eau, elle allait mourir dans l’eau aussi. Ce lui fut un cauchemar éternel et lui causa une peur bleue de l’eau, et pourtant l’ironie du sort fut qu’elle meurt un 14 Juillet 1944 noyée dans un accident de voiture en compagnie de son amie, la conductrice, qui en sortit indemne.

Asmahan fut à elle seule tout un patrimoine musical riche et intense. Sa voix, son charisme, sa passion théâtrale ne seront jamais victimes d’oubli mais resteront encore. Elle mérite tous les éloges et toute la gloire qui lui est due.



Commentaires sur Asmahan