Musique
   Musique Marocaine > Maroc > Ahouzar Abdelaziz
Ahouzar Abdelaziz  

Abdelaziz Ahouzar - عبد العزيز أحوزار


Pays   : Maroc


Abdelaziz Ahouzar, un nom qui raconte bien des choses avant même de chercher sur la vie de son porteur. Une première idée se place sur les esprits. C’est un artiste berbère qui n’a pas froid aux yeux.

Une pensée exacte ! Abdelaziz est né en 1968 à Lekbab, une toute petite ville près de Khenifra à peu près à 30 km de celle-ci, ce qui fait de lui un pur berbère du Moyen Atlas. Fier de ses origines, il reste très conservateur et un fervent défenseur de la culture amazigh mais surtout de sa langue. Il a le don de chanter en arabe et en amazigh mais il a trouvé surement sa vocation en sa langue maternelle. Elle lui procura d’ailleurs tant de succès à partir des années 2000 avec la chanson « Samoumni i3adebni » qui sera suivie de « Madous youn issaymon ». Son répertoire compte plusieurs chansons qui sont toujours chantées un peu partout au Maroc. On y trouve « Asmoun Asmoun », « Aoui gan Assyad », « Makh makh ayma », « Yach ikdha essabrimon » ou encore « Tahidsout ».

Durant sa carrière, Ahouzar a pu être influencé d’un peu partout du Maroc mais surtout des artistes berbères du grand calibre de l’ordre de Rouicha ou Cherifa ou encore Hadda Ouaki mais aussi de grands noms du milieu. On trouve aussi une fine touche de l’Aita surtout celle signée par Abdelaziz Stati. Ainsi il a sorti plusieurs albums qui ont marqué le patrimoine amazigh et a signé plusieurs réalisations en collaboration avec d’autres artistes notamment avec Cherifa Kersit, sa compatriote de la même région de Khenifra. Il a eu affaire aussi à certains artistes amateurs au Maroc et surtout à l’étranger qui lui ont offert une diversité dans sa création. Ses textes sont assez simplistes, émouvants, pleins de vie et de bonheur. Il n’oublia jamais ses racines, sa patrie et plus exactement sa région de l’Atlas ce qui l’inspira beaucoup et lui fit chanter son pays, aux côtés de quelques autres sujets concernant la paix, l’amour, la nature, la femme et la famille.

Ahouzar reste une figure assez perçante dans son domaine de prédilection avec plein d’atouts et de talents qui ne demandent qu’à être étaler au grand jour aux nombreux fanatiques de la musique amazigh. Muni toujours de son violon, il assiste encore à de grandes manifestations locales ou nationales comme c’est le cas de l’énorme festival Timitar qui est organisé chaque année à Agadir pour rendre hommage à la musique amazigh et permettre une ouverture de celle-ci vers les musiques des mondes.



Commentaires sur Ahouzar Abdelaziz